// girafes

Notre réserve abrite la dernière population des girafes blanches de l'Afrique de l'Ouest. Nommé girafes Peralta du Niger, il ne reste plus que 210 girafes dans la réserve (valeur pour 2010), avec en moyenne 20 naissances par année.


Avec seulement 50 individus en 1996, contre 210 en 2009, la réserve de Kouré regroupe les toutes dernières girafes blanches en liberté de l'Afrique Occidentale. Même si leur protection est actuellement assurée de manière efficace par les guides de la réserve, leur faible nombre rend cette espèce fragile. Chaque année, la réserve enregistre en moyenne 20 naissances, contre 6 décès.

Evolution du nombre de girafes dans la réserve naturelle de Kouré
Source: AVEN, 2012

Leur régime alimentaire est constitué principalement de feuilles, de rameaux d'arbres, d'acacias, ou d'autres végétaux dont les melons sauvages. La cohabitation avec les activités anthropiques peut mener à des conflits avec l'extension des cultures qui limite l'accès aux ressources de leur régime alimentaire. Les girafes sont friandes des produits maraîchers, en particulier des haricots, et s'attaquent donc aux périmètres agricoles des villageois. Ce point constitue l'une des principales préoccupations de l'AVEN, qui a pour projet de diminuer le conflit homme-girafe. La sauvegarde des girafes peralta est donc menacée par l'extension des cultures et la déforestation progressive.

La girafe vit en groupe composé de 6 à 12 individus, qui peuvent atteindre une trentaine de membres lors de la saison des pluies. Chaque groupe est dominé par un mâle (alpha). La girafe est le plus grand mammifère en hauteur, un bébé mesure déjà  1,80 m, un mâle adulte peut atteindre la hauteur de 5.50 m, et atteindre une vitesse de 50 km/h.

Le référencement de chaque girafe est effectué par les guides, au moyen de photographies du côté gauche et droit de la girafe, afin d'identifier les différentes tâches de chacune d'elles. La tâche a donc un rôle ''d'empreinte digitale''. Depuis la seconde moitié du XXe siècle, suite à la détérioration du contexte climatique, les girafes ont tendance à descendre vers le sud-est, ce qui les pousse à vivre dans un environnement humain.

   
Photo: Christine Savary, 2009   Photo: Nancy Eicher, 2009   Photo: Christine Savary, 2009

La girafe peralta évolue dans un écosystème de type sahélien, entre les domaines sahélo-saharien (au nord) et sahélo-soudanais (au sud). Les paysages sont dominés par la brousse tigrée. La brousse tigrée est un champ d'investigation pour les scientifiques. Son nom s'inspire de l'apparence lors des prises de vues aériennes, où l'on voit une alternance de bandes de végétation et de cuirasses latéritiques. Sa formation est liée à l'érosion hydrique en saison des pluies, et à la l'érosion éolienne en saison sèche.